INTEROVO


Dans ses installations conformes aux normes,

Interovo produit des œufs « bons pour la casse » 

Venu du Pas-de-Calais avec sa femme et leurs trois filles en août 2014, Gregory Basset a rallié Bessay-sur-Allier où ils ont choisi de s’installer. Afin de veiller sur la ponte des 320 000 poules de l’élevage, Interovo leur fait construire une maison sur place.

Hébergées au sein de quatre bâtiments, « les volailles sont exclusivement nourries de céréales non modifiées et « sans antibiotique ajouté » ; elles disposent de perchoirs et de grattoirs aménagés à l’intérieur des cages où elles peuvent circuler ». Permettant d’éviter la propagation des mauvaises odeurs, leurs fientes sont séchées selon un procédé spécial, pour être ensuite revendues comme engrais naturel. Leurs œufs sont quant à eux envoyés à des « casseries » qui, après avoir séparé les blancs des jaunes, les pasteurisent (ou les déshydratent selon le procédé utilisé), avant de les expédier vers des industries agroalimentaires dont ils constituent la matière première. 


Sur quelque 11 000 m2 de terrain, Grégory Basset supervise le travail des sept autres salariés du groupe hollandais Interovo auquel le site est rattaché et qui compte trois unités avicoles en France. « Surveillées et ventilées en permanence, nos installations sont régulièrement contrôlées par un inspecteur de la Direction Départementale de la Cohésion Sociale et de la Protection des Populations (DDCSPP). » L’ensemble des équipements intérieurs a été renouvelé en 2012, l’entretien et le nettoyage des lieux s’effectuant dans le strict respect des normes sanitaires.

La rigueur et l’énergie dont il fait preuve sur le terrain n’excluant en rien sa bonne humeur, ce nordiste de 36 ans déclare avoir trouvé son « équilibre professionnel, familial et... rural, au cœur de la France », à Bessay dont la qualité de vie l’a conquis. Prochaine étape très attendue par la famille Basset : l’emménagement dans leur « maison de fonction » édifiée à l’entrée du site.